L’Or des Perses et l’Or de vos plats

Province de Khorasan - Iran

La Perse antique est considérée comme le berceau du safran (Crocus sativus Linnaeus). Son apparition sur les plateaux de Perse et dans les hautes vallées du Cachemire date de plus de 5000 ans. Considérée comme « divine », les auteurs anciens tels que Salomon et Homère citent dans leur récit la fleur de safran. La plus ancienne représentation date de 1600-1700 ans avant J-C et a été trouvée sur une fresque du palais de Minos en Crète, représentant des personnages cueillant du safran, (source Algrech, 2001). Au IXe siècle, les arabes ont introduit le safran en Afrique du Nord puis en Espagne. La culture du safran est encore présente au Maroc, dans la région de Taliouine et dans le Haut-Atlas. L’acclimatation du safran en France date du XIIe siècle, liée essentiellement aux retours des croisades et aux échanges commerciaux avec l’Orient.

La production mondiale du safran, qui s’élève en moyenne à 200 tonnes annuellement, se concentre surtout en Iran (plus de 90%) et en particulier dans la province de Khorasan (env. 70% de la production mondiale).
Cette plante mythique relie les siècles et les goûts. Depuis la plus haute antiquité, le safran, grâce à ses propriétés organoleptiques et thérapeutiques, joue un rôle important dans la culture culinaire, médicinale orientale et méditerranéenne. Le safran est ainsi devenu au fil des temps l’épice la plus convoitée au monde.

La présence de safran dans la pharmacopée égyptienne, romaine et persane démontre son intérêt dans l’histoire de la médecine. Des travaux de recherche sont en cours dans le monde pour démontrer les qualités potentielles du safran, comme une source de bien-être, d’équilibre et d’harmonie corporelle et mentale. Dès l’Antiquité l’homme prête au safran, véritable fleur de santé, de multiples vertus. Dans la médecine traditionnelle asiatique, on utilise le safran pour calmer la douleur, la migraine et les crampes, soigner la toux et les maux de gorge, comme somnifère, ou aphrodisiaque.

A lire aussi